Rechercher

Panier  

Aucun produit

Expédition 0,00 €
Taxes 0,00 €
Total 0,00 €

Les prix sont TTC

Panier Commander

L’utilisation de l’argent pour la santé

 

Tombé dans les oubliettes de l'histoire après l'invention des antibiotiques de synthèse, il fait un retour en force depuis que ces derniers semblent en passe de perdre la guerre contre l'infection.
L’action "MAGIQUE" de l’argent colloïdal s'accompagne de solides preuves scientifiques, si bien que des médecins ont pu déclarer : " L'argent est notre meilleure arme contre les microbes. " Dr Harry Margraf, (Washington Université, St Louis) ou " L'argent tue même les souches résistantes aux antibiotiques et stimule la cicatrisation de la peau. " Dr Robert Becker, (Syracuse Université, New York)

Dans un ouvrage publié en 1919 le Dr Searle dit que l'argent colloïdal détruit les toxines libérées par les microbes. Une étude démontra que «son action destructrice sur les toxines est très prononcée, à tel point qu’il protège les lapins d'une dose de toxine tétanique ou diphtérique dix fois supérieure à la dose mortelle»

Sir Malcolm Morris a observé que l’argent avait un effet calmant très net. Il fait rapidement disparaître l'inflammation et accélère la guérison des lésions. Ce médecin dit avoir obtenu de remarquables résultats contre l’hypertrophie de la prostate avec irritation de la vessie, l’eczéma et les hémorroïdes»

Dans les années 60, le Dr Cari Moyer, reçut une allocation de recherche pour mettre au point un meilleur traitement des grands brûlés. Moyer, le biochimiste Harry Margraf et d'autres chirurgiens travaillèrent ensemble sur ce projet il leur fallait découvrir un antiseptique à la fois puissant et suffisamment sûr pour pouvoir être appliqué sans risque sur de larges surfaces du corps». Finalement, après avoir passé en revue la littérature médicale, Margraf eut l'idée d’essayer l'argent colloïdal, il constata que ce produit était non-irritant et permettait la cicatrisation des brûlures sans nécrose ni effets secondaires. À l'issue de cette recherche, il tira la conclusion suivante : L’argent est le meilleur germicide d'action générale que nous possédons.

En 1968, le Dr Charles Fox synthétisa un composé combinant nitrate d'argent et sulfadiazine qui se révéla cinquante fois plus efficace que le sulfadiazine seul. Le sulfadiazine argentique est devenu le médicament numéro un dans le monde pour le traitement des brûlés.

Les travaux du Dr Robert O. Becker (1978-1985), ont montré que l'argent permettait aux os fracturés ou écrasés de se régénérer plus rapidement et plus complètement qu'avec tous les autres traitements utilisés jusqu'ici. Il apparut que l'argent stimulait aussi la régénération des tissus tout en empêchant les plaies de s'infecter. Les ions d’argent forment un complexe avec les cellules vivantes autour de la blessure pour produire des cellules-souches immédiatement convertibles. Le résultat net de cette conversion est que les cellules-souches fournissent toutes les composantes nécessaires à la restauration complète de toutes les structures anatomiques. Cela indique, selon lui, qu'il existe également un potentiel pour la régénération d’organes internes (cœur, cerveau et moelle épinière).

Dans les années 70, le Dr Bjorn Nordenström a démontré faction de l'argent sur les tumeurs cancéreuses. Il fit passer ne courant électrique continu à travers des aiguilles en argent insérées dans de grosses tumeurs et constata que cette méthode permettait de réduire la masse de ces tumeurs. L'action de l’argent sur les cellules cancéreuses fut confirmée par le Dr Becker en 1979.

Mais ces découvertes prometteuses ne furent pas exploitées. En effet, en janvier 1980, essentiellement pour des raisons politiques, le Dr Becker fut privé de ses crédits de recherche et contraint de fermer son laboratoire !

Expériences du Dr Brooks Bradley
Voici plusieurs années nous avons effectué des évaluations assez complètes de divers protocoles promettant des résultats efficaces contre divers agents pathogènes responsables des intoxications alimentaires. Le seul protocole efficace contre tous les agents évalués fut l'argent colloïdal. Une solution à 5 ppm s’est révélée efficace contre tous les pathogènes testés, enrayant totalement leur développement en 6 à 8 minutes et cela quelle que soit la concentration de l’agent pathogène. On obtenait parfois des résultats avec des solutions extrêmement faibles de 5 ppm d'argent colloïdal pour 50 000 parties de solution contaminée. Parmi les agents testés, on trouvait entre autres Botulinum, Campylobacter, Salmonella et Listeria (pour les bactéries), les virus de type Norwalk, et le virus de l’hépatite A.